Excerpt for Le feu du Dragon by , available in its entirety at Smashwords




Le feu du Dragon


Par Jackie Small



Illustré par: Mar Fandos

www.freelancer.com


Traduit par: Transland

www.fiverr.com





Copyright © 2016 by Jackie Small


Les droits de Jackie Small en tant qu’auteur de cette œuvre sont protégés dans le cadre de la loi sur le copyright, les designs et les brevets de 1988. Tous droits réservés. Aucune exploitation n’est autorisée, que ce soit sous forme de publication, de reproduction, de stockage dans un système de récupération ou de transmission, de circulation dans n’importe quelle forme ou pour n’importe quel motif, sans l’autorisation écrite de l’auteur, sous peine de poursuite.






A Ian et Freya




Dreyfus, le bébé dragon, ne pouvait pas dormir. Il restait éveillé en train penser de tous ceux qui s’étaient moqués de lui ce jour-là.



Les autres animaux étaient méchants avec lui, surtout lorsque son meilleur ami, Léon le Lion n’était pas présent.

Ils craignaient Léon. Son rugissement était fort et effrayant. Léon pourrait sauter et épingler au sol n’importe qui qu’il attrapait étant horrible avec Dreyfus.



C’était l’aurore. Léon se levât tôt, appréciant la fraîcheur du matin avant la chaleur de midi. Il vit Dreyfus de loin et couru vers lui. “Tu as l’air fatigué, mon ami”, dit-il. “Si je trouve que les hyènes, les chacals et les loups se sont encore moqués de toi, je vais —”

“S’il te plaît, ne fais rien, Léon”, l’interrompit Dreyfus. Dreyfus appréciait l’instinct protecteur de son meilleur ami, mais s’inquiétait qu’il puisse aggraver la situation.



Deux souris des bois qui les avaient écoutés sortirent de leurs terriers. “Désolé pour ton problème Dreyfus”, disent-elles.

“Merci”, répondit-il avec tristesse.



“Pourquoi de moquent-ils de toi ?” demandèrent les souris des bois.

“Eh bien, je suis censé être un dragon effrayant, mais je ne peux pas cracher du feu. Oh, et je ne suis pas effrayant non plus.”



“C’est tout aussi bien. Imagine si jamais tu créais un incendie dans la forêt ; tout le malheur que ça pourrait nous rapporter.”

“Je n’y ai pas pensé comme ça. Je détesterais déclencher accidentellement un incendie dans forêt.”

“Nous apprécions que tu sois un dragon sympathique qui ne crache pas de feu.”



Réconfortés par les paroles aimables des souris des bois, Dreyfus et Léon partirent jouer.

Alors qu’ils s’approchaient de leur aire de jeu habituelle, deux hyènes les regardèrent en riant.

“Hé, regardez Dreyfus ; le dragon non terrifiant, qui ne crache pas de feu”, dit une hyène.

“Ooh, je n’ai tellement pas peur”, dit l’autre.



“Laissez-le tranquille”, grogna Léon, avec colère. “Partez, ou je serai tenté de vous manger tous les deux.”

Les hyènes s’arrêtèrent de rire et reculèrent rapidement.



Dreyfus regarda Léon, son visage rempli d’émotion. “Léon”, dit-il. “Pour te remercier de toujours me protéger, j’ai créé un grand jeu pour que nous puissions jouer.”

“J’adore les jeux !” dit Léon, sautant partout avec enthousiasme. “Comment est-ce qu’on l’appelle ?”

Dreyfus était comblé par l’excitation de son meilleur ami. “On l’appelle : ‘trouve la nourriture’, et nous pouvons commencer dès maintenant.”



Léon, avec un large sourire sur son visage, couru vers l’arbre le plus proche et le renifla frénétiquement.

Dreyfus secoua la tête en souriant. “Tu n’en es pas près”, dit-il.



Après avoir vérifié quelques arbres de plus, creusant la terre et retournant de grosses roches avec ses pattes fortes, Léon guida Dreyfus plus profondément dans la forêt et ils se retrouvèrent bientôt près d’un ruisseau.

“La nourriture pourrait être quelque part par ici ?” demanda Léon, se léchant les léchant les lèvres en imaginant un gros tas de viande.



“Je ne te le dirais pas”, dit Dreyfus, essayant de cacher son sourire, “et il n’y a rien que tu puisses faire pour m’en obliger !”

“Dis-moi !” dit Léon en riant.

“Pas question ! Je ne vais jamais te le dire !” dit Dreyfus en riant aussi.

Léon se jeta sur lui. Ils jouèrent ensemble en se roulant dans la boue et en s’amusant.



Pendant ce temps, un peu plus loin, les deux hyènes en colère, planifiaient leur vengeance.

“Je déteste ce lion”, dit Lena. “C’est un tyran.”

“Moi aussi”, dit Gina. “Pour qui se prend-il de toute façon ? Et pourquoi il est ami avec ce stupide dragon ?”

“Je ne sais pas. Il pense qu’il est teeeellement féroce. Mais il n’est pas si fort et pas si effrayant.”



“C’est une blague ? Il pourrait se battre avec nous et toute notre famille et gagner”, dit Gina.

“Alors peut-être que nous ne devrions pas utiliser la force pour gagner”, dit Lena.

“Qu’entends-tu par-là ? Que pourrions-nous faire d’autre pout le battre ?”



“Et si nous trouvions leur nourriture cachée ?” dit Lena.

“Euh, alors nous pourrions la manger et ne plus avoir faim ?”

“Oui, mais ça signifie aussi qu’ils seraient des perdants et cela ruinerait leur jeu !”

“Bonne idée ! Ha-ha.”



Lena et Gina se dirigèrent tranquillement vers le ruisseau et commencèrent à chercher discrètement la nourriture cachée, faisant attention à ne pas attirer la suspicion de Léon.



Léon éprouvait beaucoup de plaisir à rechercher. Il aimait utiliser son sens de l’odorat aussi bien que de regarder pour voir s’il pouvait repérer toute cette délicieuse viande. Cependant, tout ce qu’il sentait c’était les deux visiteurs importuns du côté opposé du flux. “Qu’est-ce que vous faites ici, vous deux ?” rugit-il.

“Nous buvons”, dit Gina, nerveusement. “Nous avons parfaitement le droit d’être ici aussi.”



“Je n’aime pas que vous soyez près de Dreyfus”, dit Léon.

“Nous ne nous moquons pas de lui. Nous faisons simplement notre propre chose”, dit Gina.

“Pour l’instant”, murmura Lena sous son souffle.

Les deux hyènes rigolèrent.



“Hmm, restez juste loin de nous”, dit Léon et il retourna à son jeu.

Dreyfus regarda joyeusement Léon se rapprocher de la nourriture cachée, appréciant le temps qu’il passait ensemble.



“Je l’ai trouvé !” cria Gina.

Lena fit un rire incontrôlable, sachant ce que cela signifiait pour Léon et Dreyfus.

Dreyfus chercha à savoir pourquoi les hyènes criaient, et à son horreur il vit qu’elles avaient ramassé la nourriture qu’il avait cachée pour Léon.



Léon a couru vers elle, étonné par ce qu’elle tenait. “Un œuf”, dit-il, en regardant Dreyfus. “J’espérais que ce serait de la viande.”

“Je sais combien tu aimes la viande, mais je savais que tu pouvais la sentir en un instant, alors j’ai pensé que le jeu serait plus amusant si tu ne trouvais pas la nourriture tout de suite. Es-tu déçu ?”



Léon examina les œufs, se tourna vers Dreyfus et se mit à rire. “Non, je ne suis pas déçu”, dit-il. “C’était le meilleur jeu auquel j’ai jamais joué !”

Dreyfus et Léon se prirent étroitement dans les bras.



Gina restait là, debout, tenant les œufs, en colère et humiliée que son plan n’ait pas fait long feu. En colère, elle courut à travers la forêt avec Lena qui la suivait.

Elles revénèrent avec une armée de loups, de chacals et d’autres hyènes.



Léon sentait les ennuis derrière lui et se retourna rapidement. Il était bouche bée quand il vit le grand nombre d’animaux qui se dirigeaient lentement vers lui.

Dreyfus se figea alors que la panique commençait à s’installer.



Gina se tenait devant son armée, face à Léon. “Oubliez le dragon”, cria-t-elle, “il est faible et n’est pas un problème pour nous. C’est le lion que je veux battre.”

Elle marchait lentement vers l’avant, grondant et se léchant les lèvres, alors que son armée la suivait.

Léon recula, incapable d’assumer autant d’adversaires tout seul.

Les loups, les hyènes et les chacals ont sauté sur Léon dans une frénésie vicieuse, l’un après l’autre.



Dreyfus avait extrêmement peur, mais était prêt à tout pour aider son meilleur ami. Suivant son instinct, il prit une inspiration profonde et longue puis souffla. Les animaux hurlèrent quand une boule de feu passa au-dessus d’eux. Ils sautèrent dans le ruisseau, terrorisés et suppliant Dreyfus de ne pas cracher son feu directement vers eux.



Léon s’accroupit sur le sol, blessé, en protégeant sa tête avec ses pattes, hébété et confus quant à ce qui venait juste d’arriver.

Dreyfus se rua vers le ruisseau. “Restez loin de mon meilleur ami.” Le feu sorti de sa bouche pendant qu’il criait.

Les animaux se recroquevillèrent, peureux.



Dreyfus courut vers Léon. “Est-ce que tu vas bien ?” demanda-t-il.

“Oui, je te remercie. Tu m’as sauvé la vie”, dit Léon en se levant et conduit Dreyfus à sa maison.

Les hyènes, les chacals et les loups s’étaient enfuis, ayant maintenant peur du dragon cracheur de feu, et ils n’ont plus jamais embêté Dreyfus ou Léon.


À propos de l’auteur


Jackie Small est un auteur de livres pour enfants. Elle aime les animaux et possède deux Jack Russell Terriers, qui sont son inspiration pour la série de comptes pour enfants « Les aventures des Jack Russell ». Elle vit en Ecosse, et aime promener ses chiens et les regarder jouer. Elle aime aussi les jeux de réflexion, les films et écouter de la musique.


Découvrez d’autres titres d’ebooks par Jackie Small sur smashwords.com

Adresse du site web: www.jackieauthor.com



Les aventures des Jack Russell (Livre 1)

Les aventures des Jack Russell (Livre 2)

Les aventures des Jack Russell (Livre 3)

Les aventures des Jack Russell (Livre 4)

Les aventures des Jack Russell (Livre 5)

La fée spéciale

La flaque magique

L'oiseau qui voulait faire son nid dans les nuages

Le premier jour d’école de l’éléphant

Le crapaud timide

La tortue lente

Le magnifique arc-en-ciel

Le syndrome bête du Père Noël

Le grand secret de Cochon


Download this book for your ebook reader.
(Pages 1-13 show above.)